Recherche sur le site :
Compteur de visite
  menugauche.jpg
NEWS
PRESENTATION DE LA MAISON DU PAYSAN :

LA RENTABILISATION DE L'AVICULTURE TRADITIONNELLE:

« LE REVEIL AGROPASTORAL »

LES PARTICULARITES ET L'AUDACE DE LA MAISON DU PAYSAN

NOS PROJETS

NOTRE PARTICIPATION AUX FOIRES DES INDEPENDANCES AU BENIN

LA RESTAURATION DU VILLAGE

 
Nos articles
 
:: PRESENTATION DE LA MAISON DU PAYSAN

:: LES PARTICULARITES ET L'AUDACE DE LA MAISON DU PAYSAN

:: LES INNOVATIONS EN AVICULTURE VILLAGEOISE

:: LE REVEIL AGROPASTORAL

:: FORMATION

:: NOS PROJETS

:: NOTRE PARTICIPATION AUX FOIRES DES INDEPENDANCES AU BENIN

 
 

Fates porter votre Nom par une maison dans le village des paysans

 

 

Mon diagnostic sur la pauvreté


          L’exode rural et la pauvreté ne sont pas une fatalité. Elle résulte du mauvais règne adopté, de la mauvaise utilisation des ressources naturelles, des siècles d’exploitation abusive des ressources, du pillage et de grugeage  érigés en système de gouvernance.  Les systèmes mis en place depuis les indépendances grugent les fonctionnaires en leur payant un mauvais salaire. Au même moment, beaucoup de fonctionnaires vivent 5 à 10 fois au dessus de leur salaire simplement à cause de la corruption, de la surfacturation et des projets de lutte contre la pauvreté (qui au fait ne sont que des projets de lutte contre la pauvreté des cadres). Tout le monde sait et personne ne dit rien. Les fonctionnaires et les états grugent les paysans, en achetant moins cher leurs productions.  Les paysans, à leur tour, pour s’en sortir, en font autant, vis-à-vis de la terre et des animaux en y tirant toutes leurs productions sans rien leur  donner. Et pour finir, comme la terre ne ment pas, elle refuse de donner la production. Et la misère s’est installée au village à la place du paradis villageois.  
          Je suis convaincu que toute restauration du système proviendra des thérapies exclusives qui tiennent compte de ce diagnostic. Notre proposition est consignée dans un bouquin qui paraîtra bientôt.   Nos actions concrètes sont visibles autour de Lokossa et peuvent être évaluées par qui le désire. On ne ment pas à la nature.
          Je n’ai aucune force. Mais ce que je sais, c’est que j’ai fait ce que ma petite force humaine m’a permis de faire.  Je suis convaincu que dans une forêt ou dans une jungle, on n’arrivera jamais à toucher tous les arbres. Conjuguons nos efforts pour un mieux être autour de nous.  
Je vous cite quelques uns de nos projets.

Mon rêve est de créer un centre de formation digne de ce nom.
          Dans ce centre, je formerai les paysans de nos villages afin qu’ils pussent enfin transformer toutes les herbes de leurs villages en lapins, en aulacodes, en cabris et en bœufs.
          je formerai les paysans de nos villages afin qu’ils pussent enfin transformer toutes les termites et autres insectes des brousses en volailles de basse cour.
Dieu a déjà inséré cette magie de la transformation dans les diverses créatures depuis le troisième jusqu’au sixième jour de la création. La magie de la multiplication existe et se vie quotidiennement  au cours des mises bas. Elle se vit quand, une graine de maïs mis en terre, doit pourrir pour donner 1000 graines.  La pauvreté ne peut jamais être villageoise.
Les animaux existent deux à deux ; les herbes et autres ressources existent au village ; la volonté et l’espérance des populations villageoises existent également ; Ce qui a toujours manqué, ce sont les bonnes combinaisons autrement dit, les bonnes incantations.  Ces bonnes incantations, ce sont des connaissances adaptées à l’environnement que constitue le village.
La maison du paysan est une référence en la matière.
Yes ! we can. 

          Nous sollicitons le concours des partenaires qui sont dans la même logique  que nous pour atteindre ces objectifs qui s’inscrivent  aussi dans la logique de la lutte contre la pauvreté organisationnelle et monétaire.

Nous contacter


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
copy
   Accueil || Formation || Nos actions || Nos videos || Nous ecrire Copyright © 2011 - 2018 Maison du paysan.